Unschooling ou l’instruction mal aimée…

J’entends beaucoup de parents s’interroger sur le unschooling et s’inquiéter de la réaction de leur entourage. Comme si ce mode d’éducation était un peu honteux ou nécessitait d’être caché pour éviter de risquer l’accusation de mal traitance ou de négligence.
Ça vient du fait que nous avons cette mauvaise habitude de nous comparer et même de comparer l’incomparable !

J’aimerais cependant mettre l’accent sur certains points importants.
Les apprentissages libres (comme je préfère les appeler) ne sont absolument pas comparable à l’école.
L’école est une forme d’instruction largement répandue et le unschooling en est une autre beaucoup moins habituelle. Elle n’en est cependant pas moins un choix réfléchi et pertinent.
Pourquoi n’est ce pas comparable ?

Pour commencer, je ne suis pas et ne serais jamais l’institutrice de mes enfants. Ça n’est pas ma profession. Bien que je sois diplômée d’un master de pédagogie et que j’étudie les mécanismes cognitifs d’apprentissage au travers de la neuropsychologie et de la psychologie du développement, je reste musicienne et mon domaine d’expertise est dans l’enseignement de la musique. C’est d’ailleurs de cette compétence qu’est né mon intérêt pour un enseignement différent. Je travaille actuellement sur une approche qui remet totalement en question la pédagogie de la musique. Évidemment, je me suis interrogée sur l’école et son fonctionnement actuel. Les apprentissages libres se sont présentés comme une évidence finalement.

J’ai 3 enfants, pas une classe et je les connais par cœur pis sans aucun mérite puisque je passe 24h/24 avec elles et que je les ai mises au monde. Je peux adapter les horaires et laisser libre cours à leurs envies même si celles ci sont différentes.

Arrive alors la rengaine du social, du respect des règles et du bon vivre en société.

Oui, ce sont des apprentissages en famille mais ça ne veut pas dire qu’elles apprennent à nettoyer la maison et faire la cuisine (quoi que ça pourrait être sympa qu’elles le fassent plus souvent) pendant que je me prélasse sur mon canapé en réfléchissant à rien (le rêve !!!). Mes filles ont bel et bien des amis ! Oui oui ! Et pas seulement parmi les enfants non scolarisés et pas seulement des enfants d’ailleurs ! Elles les ont rencontrés durant des voyages, des activités sportives, dans le voisinage…
Elles ont une merveilleuse facilité à aller vers les gens et faire connaissance.

Elles ne sont pas isolées dans la maison en dehors de toute pensée extérieure à la notre. Elles sont au contraire ouverte sur le monde et nous discutons beaucoup de ce qui nous entoure et des sujets d’actualité. La planète, la pandémie, les guerres, les croyances… on impose pas un mode de pensée nous les encourageons à donner leur opinion et donnons à notre tour la notre. Il arrive qu’on ne soit pas en accord et on en discute pour apprendre à écouter et savoir se remettre en questions. Et c’est pas toujours les enfants qui revoient leur jugement 😉

Apprendre librement ne sous entend pas buller oisivement. C’est saisir chaque seconde de la vie pour qu’elle devienne source d’apprentissage. Ça n’est pas s’asseoir à une table et apprendre des mots ou des multiplications par cœur, c’est entreprendre un projet ou une aventure et chercher à comprendre. Les enfants sont alors confrontés à des multiplications par exemple et apprennent leur fonctionnement puis avec le jeu, les différentes activités qui se présentent, à force de les rencontrer, ça devient acquis.

Les apprentissages libres produisent des enfants curieux et enthousiastes. Ils n’apprennent pas pour apprendre, ni pour la performance, ils apprennent par envie et curiosité ! C’est amusant de constater qu’entre enfants non scolarisés, ils aiment partager leurs connaissances. « Tu savais que ? Si tu veux je t’apprendrais ca et toi tu pourras m’apprendre ca ! ». Parce que leur but n’est pas de montrer leur valeur mais d’échanger pour en apprendre encore davantage.

Les règles ? Le monde du travail ?
Le fait de ne pas côtoyer un milieu scolaire ne les prive pas de conscience du travail en équipe ou de règles de bienséance.
Elles développent et assument leurs opinions, écoutent et sont curieuses, les poussant parfois à relever des défis et se dépasser. Elles n’ont pas de limites et apprennent de tout et dans toutes les situations. Le but n’est pas d’apprendre mais d’avancer, de découvrir. Il me semble que c’est un profil idéal pour s’investir pleinement dans un métier, non ?

Pour finir, vous allez trouver ça assez ironique de constater que notre choix d’apprentissages libres est inspiré d’une école ! Et oui, l’école finlandaise. Un pays qui a fait une vraie réforme de l’enseignement et su mettre à profit les compétences de leurs enseignants. Lorsque l’enfant est la plus grande préoccupation au delà de la performance, du rang social et de la hiérarchie, on obtient une société plus ouverte et des enfants heureux. Les enfants sont libres et contrairement aux idées reçus ils n’en font pas moins mais volontairement beaucoup plus !

Nous ne sommes pas anti-conformistes, anti-système, rebelles, baba cool ou whatever.
J’ai beaucoup de respect pour la profession d’enseignante étant moi même passionnée d’enseignement mais je regrette que notre gouvernement (québécois mais également français) ne soit pas capable de remettre leur fonctionnement en question. C’est particulièrement triste de devoir nous soumettre à une réglementation en opposition totale avec notre choix. Un gouvernement qui n’a aucune considération pour ce mode d’instruction qui, je le répète, n’est peut être pas répandu mais pour autant pas dénué de valeurs ni d’intérêts, répondant à de nombreux besoins et proposant des solutions adaptées en connaissance des recherches actuelles en neurosciences.

Je suis fière de pratiquer le unschooling (bien que ce terme ne me plaise pas tant…) et de pouvoir offrir cette « école » là à mes filles ☺️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s